Sant'Appiano
Certaldo
Monteriggioni

Le territoire

C'est précisément la via Francigena qui a permis à la vallée de l'Elsa de se développer dans toute sa splendeur à travers ses bourgs, ses églises et couvents, ses collectivités religieuses (on en comptait presque 90 au XIIème siècle), et ses villes fortifiées.
Aujourd'hui encore, l'on peut admirer et visiter ce trésor d'architecture, d'histoire, et de sites archéologiques. La découverte ou la redécouverte de cette terre ne peut qu'inspirer le sens du merveilleux.

Tellement toscane dans ses couleurs, ses saveurs, ses paysages ou ses cultures, elle présente une identité particulière dans son modes de vie et son hospitalité, comme l'a dit Machiavel, qui n'a pas vécu très loin d'ici. "Si de vaines pensées n'eussent produit sur ton esprit l'effet des eaux de l'Elsa..." - deux vers extraits du dernier chant du Purgatoire de Dante Alighieri. Dante lui-même est fasciné par cette vallée, tout comme Boccace - né à Certaldo- ou Arnolfo di Cambio, un architecte qui anticipera la Renaissance, lui qui venait d'une ville à l'architecture sévère: Colle val d'Elsa.

À San Giminiano, chef-d'oeuvre de beauté, en plus de visiter les tours, on peut déguster la Vernaccia (le vin blanc typique) et les plats au safran, épice qui fit la fortune de la ville dans le commerce médiéval. Puis il y a Barberino, Semifonte, San Appiano, Poggibonsi: l'ancienne Poggio Bonizio, où la Rocca de Poggio Imperiale voulue par Laurent le Magnifique est à nouveau ouverte aux visites. Et toute proche, on trouve l'ancienne abbaye de Marturi, elle aussi postée sur la Via Francigena.
Monteriggioni, petit lieu enchanteur, avec sa muraille d'enceinte encore intacte, témoignage de la force et de la puissance de Sienne, cité renommée dans le monde antique comme dans le monde moderne.

Mais la vallée de l'Elsa, qui part de San Miniato, à côté de San Genesio, rejoint aussi une imposante forteresse: la grande Volterra étrusque et romaine.